Kantoor Demuzere

Se prémunir du CO

Le CO ou monoxyde carbone fait chaque année de nouvelles victimes. Ce gaz est très difficile à détecter. C’est pourquoi nous vous donnons des conseils d’experts pour éviter une intoxication au CO ou intoxication au monoxyde de carbone.

Le monoxyde de carbone ou CO, c’est quoi exactement ?

​Le CO est un gaz inodore et incolore qui se forme en cas de combustion incomplète du charbon, du mazout, du bois, du gaz naturel… 
En Belgique, le CO est la première cause d’intoxication mortelle. Nos appareils de 
chauffage et nos chauffe-eau sont quelques-unes des sources potentielles de rejet de monoxyde de carbone.

Le monoxyde de carbone pénètre dans le sang via les voies respiratoires et entrave 
l’apport d’oxygène aux organes. Le cerveau et le cœur sont parmi les organes les plus 
sensibles au manque d’oxygène. 
Si rien n’est fait à temps, une intoxication au CO provoque une perte de connaissance et un coma. Dans certains cas, elle peut même être mortelle.

Comment savoir si vous êtes exposé au CO ?

Les intoxications au monoxyde de carbone sont d’autant plus difficiles à détecter qu’on ne pense pas immédiatement au CO. Ce gaz est en effet incolore et inodore, et les symptômes d’une intoxication font généralement penser à un début de grippe. Les victimes se sentent faibles et nauséeuses et sont plus rapidement fatiguées en cas d’effort. Aucun de ces symptômes ne fait donc immédiatement penser à une intoxication au CO. 

Redoublez de vigilance dans les situations suivantes :

  • un membre de la famille ne se sent pas bien dans la salle de bains, où se trouve un chauffe-bain ou un boiler au gaz.
  • plusieurs personnes se sentent indisposées (nausées, maux de tête, vertiges, vomissements et maux de ventre, mais sans diarrhée) alors qu’elles se trouvent dans la même pièce.

    Les enfants et les animaux de compagnie respirent plus rapidement et ressentiront donc plus vite les effets d’une intoxication.

Que faire si vous suspectez une intoxication au CO ?

  • Ouvrez immédiatement toutes les portes et fenêtres de la maison.
  • Appelez les services de secours en composant le 112 et mentionnez explicitement que vous soupçonnez une intoxication au CO.
  • Si vous pensez savoir de quel appareil provient le monoxyde de carbone, éteignez-le.
  • S’il y a des victimes, évacuez-les de la pièce et vérifiez s’il faut commencer la réanimation, en veillant toujours à ne pas être vous-même victime d’un étourdissement!

Que faire pour éviter les intoxications au CO ?

Les appareils de chauffage mal installés ou mal entretenus et une aération insuffisante sont les principaux facteurs de risque.
Vous devez donc avant tout vous assurer que les appareils de chauffage de votre maison fonctionnent correctement. Petit tour d’horizon des principaux appareils concernés.

  • Le chauffe-bain : vérifiez si votre chauffe-bain est équipé d’un mécanisme de sécurité. 
    Depuis 1995, tous les appareils sont en effet munis d’un dispositif de contrôle d’évacuation qui interrompt le fonctionnement de l’appareil en cas de refoulement. Si votre appareil est plus ancien, il est préférable de le remplacer. 
    La flamme du brûleur doit être bleue. Une flamme orange ou jaune est un signe de combustion incomplète. Si c’est le cas, contactez au plus vite un réparateur. 
    La présence de suie sur le mur autour de l’appareil ou une importante condensation sont également des indicateurs de danger. 
    Les salles de bains munies d’un appareil de ce type doivent toujours être suffisamment aérées.
  • Le chauffe-eau ou boiler : un petit appareil au gaz utilisé pour chauffer l’eau et généralement placé sous le lavabo. Depuis 1989, tous les chauffe-eau de 5 l sont munis d’un dispositif de contrôle de l’atmosphère qui éteint automatiquement l’appareil lorsqu’il n’y a pas assez d’oxygène. Si votre appareil est plus ancien, il est préférable de le remplacer.
    N’utilisez jamais ce type de petit boiler pour chauffer l’eau de la douche ou de la baignoire. L’appareil devrait alors en peu de temps chauffer bien plus d’eau que sa conception ne le permet, ce qui augmente le risque de dégagement de CO. 
    Si votre chauffe-eau n’est pas raccordé à une cheminée, il doit être pourvu de grilles de ventilation.
  • Les appareils de chauffage mobiles et les foyers décoratifs : ces appareils au pétrole, au gaz ou à l’éthanol consomment l’air présent dans la pièce pour fonctionner. Ils ne sont pas raccordés à une cheminée et rejettent donc des gaz de combustion dans cette même pièce. Ne les laissez jamais allumés de manière continue et ne les utilisez en aucun cas dans la chambre à coucher. Veillez à bien aérer la pièce dans laquelle ils sont installés.
    N’utilisez jamais de braseros au charbon de bois pour chauffer des pièces intérieures. Les braises produisent en effet énormément de CO ! 
    Si une cheminée passe dans un mur de votre chambre, assurez-vous qu’elle soit entretenue régulièrement. Contrôlez également la présence de fissures éventuelles, qui augmentent le risque d’intoxication au monoxyde de carbone. Des boursouflures sous le papier peint ou la présence de dépôts de suie indiquent l’existence de fissures.
  • Les appareils de chauffage individuels : ces appareils doivent être correctement raccordés à une cheminée ou à une conduite d’évacuation en bon état de fonctionnement. Faites régulièrement nettoyer ou inspecter la cheminée. Enlevez les nids d’oiseau, les plantes ou les feuilles de la cheminée. Aérez correctement la pièce concernée, en particulier lorsque le vent ne souffle pas ou par temps de brouillard : l’aspiration de la cheminée fonctionne alors nettement moins bien. Les chaines de télévision accompagnent généralement leurs bulletins météo d’un message d’alerte au CO par temps de brouillard ou par absence de vent.
    Le bon entretien ne vaut pas uniquement pour la cheminée, mais aussi pour les appareils de chauffage proprement dits. Les chaudières d’un chauffage central doivent par exemple faire l’objet d’un entretien tous les deux ans. Pour les chaudières au mazout, au bois ou au charbon, un contrôle doit même être effectué chaque année.
  • Les poêles à pellets : ces appareils fonctionnant aux pellets à bois n’ont pas besoin de cheminée, une évacuation vers l’extérieur suffit.

AG Insurance